Boulie et moi.
Mon chien et moi.

Qui suis-je ?

Muriel Chevalier, 37 ans, passionnée des animaux depuis toujours.


Depuis toute petite, n’ayant pas pu avoir de chien, j’ai eu des chats, je passais mon temps libre tapie au fond du jardin ou sur la moquette à les observer vivre leur vie de chat. Isidore et Nina m’ont appris tellement de choses sur les chats, les humains et tout le règne animal. Ils ont été les meilleurs amis de mon enfance.
Plus tard, avec mon compagnon, nous avons adopté deux furets, Hagrid et Hadya. Avec eux j’ai continué à observer et j’ai surtout commencé à consacrer ma vie aux animaux. Nous avons alors créé en 2005 une association de protection animale, les Fufus de l’Ouest, qui informe le public sur le furet (3ème animal de compagnie en France, au Canada et aux Etats-Unis) et qui recueille les furets abandonnés, maltraités, trouvés.
Enfin, en 2008, notre rêve commun s’est réalisé : avoir notre chien à nous. Elle s’appelle Boulie, et nous l’avons adoptée à la S.P.A. de Rennes.

Ayant suivi des études de Droit qui ne m’ont pas épanouie, je cherchais un métier dans lequel je serai en adéquation avec moi-même. J’ai donc cherché un métier en rapport avec les animaux de compagnie.
J’ai mis un peu de temps à trouver ce métier qui irait avec ma nature : considérer l’animal comme il est, sans chercher à en faire autre chose, sans le soumettre ni le brusquer, mais plutôt pour vivre ensemble, en harmonie.
C’est alors que j’ai trouvé la formation de Michel Chanton, éthologiste, créateur du métier de comportementaliste, formation que j’ai suivie au printemps 2010.
Formation de Comportementaliste ® validée par mon mémoire sur le thème « le chien réconforté par l’Homme ». Ce mémoire est consultable sur simple demande par mail.

Je détiens également mon certificat de capacité animaux domestiques.



Le métier de comportementaliste


Chaque relation entre un Homme et son chien est originale, exceptionnelle, il n’y en a pas deux pareilles. Car chaque humain est différent, et chaque chien est différent.


Le comportementaliste est le spécialiste de la relation Homme-Chien. Il n’est pas un dresseur et n’agit pas sur les problèmes physiques du chien. Le comportementaliste ne soigne pas les maux du corps du chien mais les problèmes relationnels, les problèmes comportementaux et les conflits entre le chien et sa famille humaine.
Le lien qui unit un humain et un chien peut être très fort mais il est parfois fragile, car ils appartiennent à deux espèces différentes qui ne parlent pas la même langue. La communication peut alors devenir difficile.

Le métier de comportementaliste a été créé par Michel Chanton, éthologiste, en 1984.
La formation de Michel Chanton ne concerne que la relation Homme-Chien.
Mais j'ai l'intention de compléter mes connaissances avec la formation sur le chat que prodigue une de ses collègues d’ici quelques années.


Précisons que le comportementaliste ne fait pas de dressage ni d'éducation canine. Notre code de déontologie nous l'interdit. Nous n'agissons pas directement sur le chien mais nous agissons sur sa famille humaine pour que le chien y trouve son équilibre et sa place.


Vous aider à comprendre votre chien et à faire en sorte qu’il vous comprenne également, c’est la mission du comportementaliste.


Un comportementaliste est un spécialiste qui sait comment fonctionnent les chiens sur le bout des doigts et qui sait aussi comment fonctionnent les humains et plus particulièrement les humains qui ont des chiens.

Mon métier est basé sur la science.
Les connaissances que j'ai acquise lors de ma formation sont diverses :
- Une énorme part d'éthologie canine (science de l'étude du comportement des chiens) : mon métier est basé sur cette science.
- une part de psychologie humaine
- une part de sciences de la communication
- une part de cinésiologie (étude de la communication non-verbale chez l’être humain)


Le comportementaliste est le métier complémentaire du vétérinaire et du dresseur (et non un concurrent !) : lorsque la médecine vétérinaire ne peut rien pour un chien et que le dressage non plus, il ne reste plus que le comportementaliste.
Prenons l'exemple d'un chien trop actif (qui dort peu, mange peu, court et saute partout, s'agite sans cesse) : le vétérinaire pourrait lui donner des calmants qui vont apaiser le chien, pendant la durée du traitement, mais lorsque le traitement sera fini, le chien reprendra son agitation perpétuelle car il n'aura pas été guéri.
Le dresseur pourra apprendre au chien et à ses maîtres à le faire aller au panier, à le faire asseoir ou se coucher, ce qui évitera déjà que le chien ne court partout, mais intérieurement le chien sera toujours aussi agité et ne dormira pas plus. On ne peut pas ordonner à un chien de dormir !
Le comportementaliste va alors s'attaquer directement à la cause du problème : pourquoi le chien s'agite-t-il autant ? qu'est-ce qui le perturbe comme ça ? Une fois que le comportementaliste aura trouvé la cause probable de ce comportement, il expliquera à la famille de ce chien agité comment procéder et quels changements opérer dans leur quotidien pour que le chien trouve un rythme normal et arrête de s'énerver et de s'activer, et le chien finira par dormir et manger tranquillement. Car le chien n'attend que ça : que ses propriétaires aient le comportement adapté pour y répondre correctement.


 




Boulie et son ami Massaï


Raya, S.P.A. de Rennes.

Mon engagement pour les animaux

Pour les furets :
Avec des amis, nous avons créé en septembre 2005, l'association Fufus de l'Ouest qui a pour vocation de protéger et défendre le furet de compagnie et d'informer le public sur ce petit animal de compagnie très répandu (et ce, depuis longtemps car il n'est pas du tout un NAC, ayant été créé par l'Homme il y a environ 4000 ans) mais pourtant méconnu. Notre zone d'action s'étend de la Basse Normandie à l'Aquitaine.
Pour cela, nous avons créé un trimestriel, Fufus Magazine, dont je suis la rédactrice en chef, et qui est le seul magazine entièrement dédié au furet. Le Dr Emmanuel Risi, vétérinaire spécialisé en NAC et faune sauvage, nous fait l'honneur de ses articles à chaque numéro.
L'association Fufus de l'Ouest travaille également en collaboration avec bon nombre de S.P.A. et de fourrières du Grand Ouest qui nous confient les furets trouvés, abandonnés ou saisis, qui hélas sont de plus en plus nombreux chaque année. Nous les plaçons en famille d'accueil pour les identifier, les vacciner, les stériliser et leur donner tous les soins et l'attention appropriée afin qu'ils retrouvent une famille définitive.
Je suis donc famille d'accueil pour les furets de l'association depuis 2005 et sont passés chez moi presque une centaine de furets pendant ce laps de temps. Je n'y connaissais pas grand chose au début, mais petit à petit, en les observant, je me suis rendue compte des grandes capacités de ces tous petits animaux. Ils ont une force de caractère hors du commun et donnent leur amour et leur confiance de manière inconditionnelle à l'humain qu'ils auront choisi d'aimer.
www.fufusdelouest.com
www.fufusmagazine.fr


Pour les chiens :
En 2011, j'ai été comportementaliste bénévole à la S.P.A. de Rennes (35) tous les mercredis après-midi. J'y faisais connaissance avec les chiens qui venaient d'arriver (de fourrière pour la plupart et dont on ne sait donc pas grand chose, quant à leur passé), pour connaître un peu leur tempérament et donner des conseils au personnel de la S.P.A. pour aider à faire évoluer ces chiens vers une bonne adoption. Je m'occupais également des chiens qui ont des problèmes de comportement (ceux qui ont mordu, ceux qui sont très énervés, ceux qui sont peureux, etc.) et je proposais des conseils à l'équipe pour réconforter ces chiens, les aider à être mieux dans leurs pattes au sein du refuge mais aussi pour leur vie d'après le refuge.
Je donnais également un avis supplémentaire lors des adoptions et conseillais les nouveaux adoptants par rapport au chien qu'ils ont choisi et à son tempérament.
Enfin, j'avais pour mission d'apprendre aux nouveaux bénévoles à faire face à toutes sortes de situations qu'ils peuvent rencontrer avec les chiens du refuge.
http://rennes.spa.asso.fr


Fin 2011, j'ai décidé de devenir comportementaliste bénévole pour une jeune association de ma région, qui rencontrait des difficultés avec les chiens qu'ils recueillaient : l'Association des P'tits Korrigans. Dans cette association, pas de refuge et pas de box, mais seulement des chiens en famille d'accueil.C'est une association qui recueille peu de chiens car leur domaine de prédilection c'est les chats, et justement ils avaient besoin d'aide. Ils m'ont donc accueillie les bras ouverts et ensemble nous avançons de manière efficace.
Pour eux, je reçois les familles d'accueil en consultation gratuite, j'assure le suivi de chaque chien dans sa famille d'adoption si besoin, j'organise des réunions pour les bénévoles et les dirigeants de l'association, je fais le suivi des chiens dans leur famille d'accueil, je les conseille au jour le jour, etc.
C'est une expérience très intéressante et c'est une équipe très sympathique qui prend enfin mon métier et mes conseils au sérieux ! Et ça, pour une comportementaliste, c'est une grande victoire.
http://ptits-korrigans.forums-actifs.net/forum

 




Fufu et Wyatt, adoptés en janvier 2011.